lundi 12 décembre 2016

TEMPO FELICE


Il tempo é passato
Lasciando segni
Indelebili
Cuore e corpo
Si sono
Indeboliti
Il presente mi fà paura
Mi rifugio nel
Mio passato
Fiocco in testa
Grembiulino bianco
I miei genitori
La scuola
Libri come mattoni
Che leggevo
Avidamente
Inghiottivo
Con gli occhi
Riempendomi la mente
E il cuore
Vita umile serena,bella
Piena d'amore
Non di giocattoli
La cucina della
Mamma
Dio gli aveva
Donato mani di fata
Per cucinare in tal modo
Passioni,la musica,le parole
Scritte e parlate
Mi é sempre piaciuto
Il contatto umano
Condividere con il
Prossimo,risate
Lacrime un pezzetto
Del mio cuore
Per ogni persona
Essere umano
Sensibile giusto sincero
Tempo felice
Per chi come me
Riesce a essere felice
Quando gli altri lo sono
Oggigiorno purtroppo
La felicità
Di ogni istante
E diventata superficialità
Non mi va
Percio'
Mi rifugio nel mio passato.

Bisogno.Maria.Concetta.....12/11/2016



mercredi 9 décembre 2015

IL TEMPO  PASSA

Te ne accorgi
Nei figli
Che crescono
Nel primo
Capello bianco
Nella ruga
Assassina
Che si é
Fatta spazio
Sulla fronte
Proprio
Come un punto
D'esclamazione
Tra l'occhio
Destro e
L'occhio sinistro
Il tempo
Inclemente passa
Ti arrugginisce
Braccia gambe
Anche il cervello
No,non stai diventando
Vintage
Hai solo due volte...?
Oppure... tre volte?
Oddio, saranno quattro
Volte?
Ventanni!

Bisogno.M.C.2015 SABAM


dimanche 16 novembre 2014











LA  VITA

PRENDERLA
COME UN
GIOCO
A  VOLTE
ANCHE
CRUDELE
MA.....! 

UNICO

AMARLA
CON
SEMPLICITA'

ODIARLA
CON 
SERENITA'

RIDERE
 CON LEI
PIANGERE
PER LEI

LOTTARE
PER
CONSERVARLA

VINCERE
ANGOSCIE
PAURE
DOLORE
PERCHE'



LA  VITA....E'...
COSI'

Maria Concetta Bisogno ottobre 2014

vendredi 9 mai 2014

VENTO
VENTO ..VENTO
DI MAGGIO
CHE  SOLLEVI 
LA  GONNA
CHE  SCOMPIGLI
I CAPELLI
COME  LA MANO
DI CHI NON CE’ PIU’
VENTO..VENTO
PAZZERELLO
CHE  FAI SOLLETICO
AGLI ALBERI
SI PIEGANO RIDENDO
MENTRE  TU
 TE  NE
VAI  CONTENTO
VENTO..VENTO
DI MAGGIO
LE ROSE SON
SBOCCIATE
ED IL TUO
SOFFIO CALDO
COME LE MIE
GOTE  HAI  FATTO
ARROSSIRE
VENTO  VENTO
BIRICHINO
TI  PIACE
L’INCHINO
MA L’INDOMITA
SIEPE  HAIME’
NON TI  HA’
OBBEDITO
  LA 
ROSA PER TE
SI  E’ PIEGATA
MA  AVENDO
LE SPINE NO… !
NON  L’HAI 
DOMATA. !!.
VENTO..VENTO
DI MAGGIO
VENTO
GIOCHERELLO
SENZA LA PIOGGIA
SAI...
TROVO  IL TUO
ABBRACCIO
SCOMPIGLIARELLO




BISOGNO MARIA  CONCETTA  MAGGIO  2012 

mardi 18 février 2014




LE   TEMPS   QUI  PASSE…….. !



 QUI  A  DIT  QUE  LE 
TEMPS  QUI  PASSE
EST  TANT  SOI  PEU
BE’NEFIQUE ?....... ?
IL TE NIQUE  OUI…. !
A CHAQUE  INSTANT
TON  PASSE’ REVIENT
AU  GALOP
MAIS  A’  CRU  COMME
AU  TEMPS  DE  COCHISE
SANS  SELLE  TU  TE  DOIS
DE  TE  TENIR
DROITE  ET  FIERE
CAHIN , CAHA  MAIS
AVANCER…………….. !
TON   GALOP  RESSEMBE
A’  DES  SANGLOTS
IL N’Y  A  PAS  DE  MESURE
TES  SOUVENIRS
REMONTENT A  FLOTS
TU  T’ACCROCHES  A’  SA
CRINIERE
CHEVAL  FOU DE TES
VINGT  ANS
CHEVAL LENT DU
TEMPS  PASSANT
AVEC  RAGE  ET DESESPOIR
TU T’ACCROCHES 
A  SES  FLANCS
ET  MÊME  SI  TU  BALANCES
PAS  MAL
TOI  FRÊLE  MONTURE
TU  ES  POUSSEE  DANS
TES  RETRANCHEMENTS
ET  AVEC  DESESPOIR
TU  TE  METS  A
NIQUER..TON  PASSE’
MÊME  TON PRESENT
TU  SAVOURES
PLEINEMENT
L’AIR QUE  TU
RESPIRE
L’AIR  DU  TEMPS
QUI  PASSE
ET  QUI  T’EMPORTE
COMME  UNE  ACROBATE
VERS  L’AVENIR………. !


Bisogno  Maria  Concetta  2007



vendredi 14 février 2014



NON  CRESCERE   BAMBINA

PICCOLA..NON  ASCOLTARE
I  GRANDI  PARLARE
TI POSSONO
 SOLO FERIRE
FAR MALE.
.PICCOLA
SEI   ME  SONO IO
CON  UNA  VITA
GIA’  QUASI  FINITA
MA LA MIA INFANZIA
NON HO’ MAI
 DIMENTICATA
PICCOLA  ASCOLTA
IL CANTO DEL  VENTO
QUELLO  DOLCE   QUELLO
CHE ASCIUGA LE LACRIME
E NON IMPORTA SE NON
NE CAPIRAI IL SENSO
TU  NON  ASCOLTARE
  LA GENTE
SANNO  SOLO
  GRAFFIARTI
COME  IL  TEMPO
QUELLO  CHE  PASSA
E  NON  SI  FERMA MAI
UN’ASSASSINO  CHE  SCAVA
SOLCHI  IN  FACCIA
E  METTE  LACRIME
NEGLI OCCHI
PICCOLA  NON  CRESCERE
RESTA  COSI’
 COGLI L’ATTIMO
FELICE
METTILO  NEI  TUOI
 OCCHIONI
INNOCENTI
E  DENTRO
IL  TUO CUORE
PICCOLA  IL  TUO
SUPER EROE
LO CHIAMAVI
PAPA’
NON  CRESCERE
BAMBINA

BIOSOGNO.MARIA.CONCETTA…Auteur Sabam 2013




LA  MUSIQUE…

Combien  de  fois
J’ai  touché le fond
Et lorsque je pensais
Que  tout était fini
A une portée je
M’accrochais
Do  Ré  Mi  Fa Sol La Si
DOOOOOOOO !!!!
Je  renaissais de  nouveau
La Musique  m’a  toujours  porté
Sacrée  profane ou d’ailleurs
J’aime  d’elle  tous  les  tempos
Dans  mes veines  coule  du  sang
Italien mais  Mozart était Autrichien
Elvis Américain, Marley  Jamaïcain
Par  contre  Adamo lui est sicilien
Qu’importent   la  race  la  nationalité
Les  notes de  musique  sont  à
L’humanité, et  hourra  pour  celui
Qui  les  a  assemblées
Au lieu  de  se faire  la  guerre
Comme  des  robots
Jouons  des  hymnes  de  paix
On  se  portera  tous  mieux

Bisogno Maria Concetta décembre  2002


jeudi 19 décembre 2013





                        LE  SAPIN    ET    LE    PERE    NOEL.........!!

               JE   VAIS  VOUS RACONTER  UNE  CHOSE ARCHI  MARRANTE..

               QUI  M'EST  SOUDAIN ARRIVEE'..LA  LUNE  CLIGNOTANTE PEUT

               VOUS LE TEMOIGNER.J'E'TAIS  SUR  MON  SAPIN

                EN  HAUT  SUR  LE  DESSUS

               ET  JE  VOYAIS TRES  BIEN  EN  BAS  PETIT  BOSSU.

               CE N'EST POINT MON CHAMEAU  JE NE SUIS CHAMELIER.....

               LAISSEZ MOI  DONC  CONTER...JE  VAIS  VOUS  E'PATER....
.
               HORS  DONC  EN  REPRENANT  TOUT DE GO MON RECIT...!

               JE  VOIS  PETIT BOSSU SORTIR  HORS   DE  SON   TROU....

               HE'!!  LAAAAAA....L'APOSTROFAIS-JE !!MAIS EST CE BIEN FRANCAIS ?

              CAR   NUL    NE    REPONDIT   ,LE     SILENCE    SE  TAISAIT !!

               D'UN TON  PLUS  HAUT...PLUS  FORT...JE  CLAMAI MON  DEPIT.!!!!!

               MAIS  P'TIT  BOSSU  FLEMMARD  JAMAIS  NE  REPONDIT ...

               ZUT..ALORS...SACRE' NOM...SACRIPANT.......GARNEMENT !

               TU FAIS TES  COUPS  EN  DOUCE

                PENDANT  LA  NUIT ?  MANANT????

                PLUS    JE     M'EPOUMONNAIS!!!

                PLUS   LUI   FAISAT....FAISAIT.....
.
                ET  DE  SON  DOS  SORTAIENT
.
                .POUPE'ES  ET  GUERRIERS !!

                QU'ENSUITE  IL  DISPOSAIT

                AUTOUR  DE  MES  RAMAGES....:*

                IL  FIT  TANT  ET  SI  BIEN

               QU'ENFIN  POUR  TERMINER

                SA   BOSSE   E'TAIT  PARTIE !!!!

                SEULS   LES  JOUETS  RESTAIENT  <3

                INCRE'DULE  JE  POSAI

                 A  LA   LUNE  LA QUESTION ?!!!!

                COMMENT  PETIT   BOSSU

                 N'AVAIT  PLUS  SON  VALLON????

                PARDI   ME  REPONDIT

                DAME  D'ARGENT  DE  MINUIT ....!

                CE'TAIT   LE  PERE  NOEL....ET  TOI

.              ..L'ARBRE   TU  EST   GARNI
             
                                                         Bisogno Maria Concetta  Doc Sabam No 653480500/4/12/2000
               

mercredi 18 décembre 2013











                            


         UNA   MAMMMA!!! <3     <3      <3


SI NASCE  DA  UN'ATTO  D'AMORE
CRESCENDO SI CAPISCE IL VALORE
DELL'AMORE  DI UNA MAMMA !!!
LE  NOTTATE  CHE  HA'  PASSATO
VEGLIANDO  IL NOSTRO SONNO
I  PRIMI PASSI  HA'  GUIDATO
TENENDOCI PER MANO !!

SUL  SUO  CUORE  DOLCEMENTE
CI HA'  CULLATO !!
PER LENIRE IL NOSTRO PIANTO!!

POI......!!!!!!

PIANO  PIANO  IL  TEMPO 
E'  PASSATO.....!

IL  BAMBINO  UOMO
E'  DIVENTATO....
E  DALLA  MAMMA  SI  E'
ALLONTANATO...!
UN'ALTRA LEI , HA PRESO
IL  SUO  POSTO !!!

NON  PIANGERE  MAMMA
LA  VITA  E'  COSI' 
I  FIGLI  SI  FANNO E POI.......!
SE NE VANNO
E'  LA  VITA  CHE  VA, CHE  CORRE,
CHE  FUGGE....
MA  FORSE  OGGI  VERRA'
E  SUL  SUO CUORE
DI  BAMBINO ..
TI STRINGERA'
TUO  FIGLIO  COSI' VICINO
EPPUR  TANTO 
LONTANO  VERRA'....
SORRIDI  MAMMA  E'....!

NATALE!!!!!!!!                                                              Maria Concetta Bisogno O4/12/2000.

mardi 17 décembre 2013





MA LETTRE AU PÈRE NOËL !!



Père Noël
Tu vois au pied de l’arbre,
J’ai préparé
De quoi recevoir tes présents

Père Noël du 24 décembre à
Minuit
Apporte –moi donc un peu de
Sérénité.
Enlève de mon âme l’égoïsme
Et la méchanceté
Donne-moi la paix du cœur
Et puis beaucoup, beaucoup
D’amitié.
Non pas celle qui dure
Lorsque tout va pour le
Mieux mais la pure, celle
Qui brave les moments
Malheureux.

Apporte- moi aussi, si tu veux,
Père Noël,
La tendresse et l’amour, que
Je puisse les partager
Avec ceux qui ont le cœur
Endurci par la vie.
N’oublie pas le sourire
Père Noël, ne lésine
Surtout pas.
Le visage est plus beau
Lorsque brillent les yeux

Un peu d’humilité ne ferait
Pas de tort.

Dans ta hotte, l’aurais-tu
Pour m’en faire présent ?
Je voudrais aussi un zeste
De tolérance.
Lorsque l’envie de me battre
Me démange
Aurais-tu ce 24 décembre à
Minuit, tous ces présents
Moraux qui enrichissent la vie ?
Oh ! J’oublie, distraite que je
Suis – ce qui compte le plus,
Car sans lui je ne serais
 rien…
Je vois que tu as deviné, tu lis
Dans mes pensées.
J’aurai du cœur pour aimer
Et partager, comprendre et
Pardonner

Tous ces présents que je t’ai
Demandés, n’étant pas
Egoïste, tu peux les partager
Aux quatre coins du monde,
Là où l’on ne cesse de se
Déchirer.








Troue ta hotte Père Noël.
Pour que tout le monde
Puisse en profiter !


Maria Concetta Bisogno

jeudi 17 octobre 2013

FANANO



Questo  paese  ai piedi  delle montagne me lo porto nel cuore da sempre, lo vedo cosi' bello  cosi' pieno di gente buona,cosi amichevole, ecco,  il tasto dell'amicizia é quello che  mi  fà  vibrare  di più, sono  e spero  di  rimanere sempre cosi,' con  quell'affetto  anche  se  non  sempre  corrisposto, amica  di qualcuno, perché l'amicizia é una delle più belle qualità,poi a  discapito  di essere amica  con  un  essere umano,ho' lei,  la montagna,lei alla quale  affidai  i  miei  genitori  sepolti ai  suoi  piedi, degna  cornice  di  una  gran  degna  coppia,io  parlo  con lei  la Montagna perché  é più  vicina  al  Creatore,e  poi guardo  con  gli  occhi  di  tutti  quelli  che  non  ci  sono  più,occhi  pieni  di  lacrime,ma  anche  pieni  di  amore,é  una relazione  amore,odio che  intrattengo  con il mio paese, ora  non  ne  posso più  amare  a  distanza,portare nel cuore,tutte  frasi  fatte,a me manca l'odore  dei  pini,l'aria  carica  di ossigeno,il buongiorno del mattino,il sorriso,e le lacrime condivise,  quando  uno o una di noi sale  quel bellissimo  viale,con il paese  al  seguito  per  il  suo  ultimo viaggio,  

vendredi 11 mai 2012

LE DRAGON DOUDOU


LE DRAGON  DOUDOU

Dou…Dou
J’y ajoute
Tout doux
Non ça ne va pas
Un dragon
Ne se caresse pas
Plutôt ne se laisse
Pas caresser

Et pourtant
Dou…Dou
C’est vrai
Qu’il manque la
Lettre <X<
Pour qu’en
Velours, il soit

Oh ! çà craint
Pour la bestiole
Déjà qu’on lui
Dépile la queue

Á son corps
Défendant

Qu’on lui arrache
Ses crins
Une fois par an

Alors il se défend
Comme il le peut
Car el biète est vieille
Je dirais même
Très vieille
Malgré tous les
Liftings
Quelle subit

Constamment

Le dragon Dou Dou
Valereux combattant
Sait que dans un mois
Dans l’arène il retournera
Se faire dépiler
Pour que tout un chacun
Reparte avec ses crins

Du bonheur pour demain

Lui le dragon Dou Dou
Même s’il s’est défendu
Au terme du combat
Comme saint Georges
L’a tué….. ?!!!!
Dans sa tête de dragon
Surgit une question

Ouf ! l’combat est fini
In vlà co pou in an
Mais quand’s ké
J’rai  pensionné ??

Oh la ! bellement
Doudou
Mons et les montois
Te disent c’est défendu !

Et tous tes fans. . itou


Maria Concetta Bisogno   mai 2007

lundi 7 mai 2012

LETTRE A MA MÈRE AU CIEL





Maman il y avait longtemps
Que je voulais t’offrir
Ce présent a toi qui
Ne voulais jamais rien
Te dire de vive voix
L’amour que j’ai pour toi
Te remercier aussi
Pour tout l’amour
Que j’ai reçu
Et surtout te demander
Pardon si je t’ai fait
Pleurer
Ce n’était que de
L’inconscience
Je l’ai compris
Lorsque je suis sortie
De l’adolescence
Tu sais maman
J’aurais tant voulu
Te parler
Te dire
Que je t’aimais
Mais les mots
Restaient dans la gorge
Ma pudeur m’empêchait
De te l’avouer
Des flash de mon enfance
Me reviennent à l’esprit
J’ai des souvenirs de toi
A chaque instant
De ta vie
L’odeur de ta cuisine
Mon dessert préféré
Et puis les mots gentils
Et surtout l’amour
Que tu m’as donné
J’ai été très heureuse
En étant petite fille
Je n’ai manqué de rien
Mais toi tu te privais
Et…Je n’en savais rien
Aujourd’hui j’ai grandi
Et compris beaucoup
De choses
J’aime toujours autant
La poésie et les roses
C’est un peu de toi
Maman…
Qui n’a pas su t’exprimer
Que j’ai mis dans ces mots
Hélas jamais prononcés
Mais tout là-haut
Maman
Monte cette ode pour
TOI
Car le temps qui tue tout
JAMAIS
Ne réussira
A me faire oublier
Ton visage et le son
De ta voix…


Maria Concetta Bisogno août 1997

PRIÈRE A DIEU




                                          Dans ce monde qui va à la dérive
                                          Laisse nous un peu d’espoir, un rayon de soleil
Fais en sorte que l’on s’aime
Plus, mieux, sans rien attendre
Rends nous grands ou petits
Plus humbles, plus simples
Fais nous redécouvrir
Le sens de la compassion
Que l’on a tendance à oublier
Le sens de la fraternité
Toutes ethnies confondues
Le sens du respect
Du nouveau né, sans défense
A l’ancien qui ne sait plus se défendre
Fais que l’on redecouvre
Les vraies valeurs de notre espèce humaine
La non violence, le pardon, la compréhension
Que l’amour dans les foyers
Soit plus fort, plus sincère
Qu’il ne soit pas égoiste, nombriliste
Rends notre morale plus digne, plus noble
Mets un peu de bon sens
Dans la tête de ceux qui nous gouvernent
Pour qu’il réflechissent aux lois qu’ils imposent
Fais qu’il n’y ait plus de guerres
Au nom de ton nom
Et si la guerre il doit y avoir
Que ce soit la guerre aux boutons d’acné
Qui ornent le visage de tant d’adolescents
Mal dans leur peau
Aide ceux qui ont
Des idées de suicide
Permets leur de regarder
Le côté positif de la vie
Assiste ceux qui se droguent
Une seringue ne remplacera
Jamais l’amour
Fais jaillir l’étincelle de l’amour
Dans le coeur de tous ces bourreaux d’enfants
Les ont-ils jamais regardés dans les yeux ?
L’innocence leur fait peur, les dérange
Et pourtant quoi de plus beau
Qu’un regard d’enfant qui s’ouvre à la vie
Fais en sorte qu’on les laisse vivre
Ouvre de nouveaux horizons
A tous ces hommes et ces femmes
Qui se battent pour un travail digne
Fais en sorte Dieu
                                           Que le machin de guerre
De tous les violeurs s’enraye
Paralyse la main de celui qui frappe
Fais bégayer celui qui humilie
Cette saloperie de Parkinson
Garde la pour ceux qui veulent tuer
Aide les simples, les justes
Et fais devenir honnête et bon
Le méchant qui ne connaît pas ton nom
Tu as du boulot, Dieu
Mais nous aussi les humains
Devons nous prendre en main




Bisogno Maria Concetta
Le 7 avril 2006



        

jeudi 3 mai 2012

MAMAN


Du timide je t’aime
Au joli bouquet
De fleurs
Du baiser sur la joue
Au regard plein d’amour
Un  cadeau pas toujours
Deviné
Mais tellement apprécié

De la tendresse
Plein les yeux

Maman

Aussi grand soit
Ton enfant
L’amour que tu as
Pour lui
Arrive toujours
A la hauteur
De ton cœur.
.
Que tu brilles
Parmi nous
Où dans
L’imensité
Du ciel

Pour l’enfant
Devenu adulte
Tu est maman
Son rayon de
Soleil…

Maria Concetta Bisogno   mai 1999

jeudi 26 avril 2012

MOI LE CHIEN


J’étais heureux il n’y a pas longtemps
Et puis un jour funeste pour moi
Mon maître a mis mon collier
Avec une douce voix il m’a appelé
J’étais content on allait promener
En voiture nous sommes montés
Lui comme d’habitude sifflait son air préféré
Moi je me tenais tranquille
Car bientôt je pourrais gambader
Il me lancerait un objet
Que je devrais lui rapporter
Voilà le bois je reconnais le chalet
Nous descendons mais quoi ?
Il ne m’a pas détaché !
Je marche au pas à son côté
Nous nous enfonçons, il a arrêté de siffler
Je lève la tête pour le regarder
Mais son expression me fait frissonner
Je ralentis mon pas
Il tire sur la laisse
Ne me parle toujours pas
Le bois devient forêt
On ne distingue plus qu’un bout de ciel
Non ce n’est pas vrai
Pas mon maître à moi
Lui si gentil ne peut me faire ça
Et si, il m’attache sans me regarder
Tandis que je le fixe, j’ai envie de pleurer
Un chien ne pleure pas
Il n’a pas de chagrin
Mon maître l’a oublié
Je lui lêchais la main
Et pleurais avec lui
Lorsque ma maîtresse est partie
A présent une autre a pris sa place
Elle n’aime pas les bêtes
Et on annule ma trace
En me laissant mourir
De chagrin et de faim
Moi qui avais pensé
Que jamais on ne m’abandonnerait
Mais les vacances approchent
Et certains humains sont égoistes
Ils prennent puis ils jettent
L’amour d’un pauvre chien


Maria-Concetta Bisogno 1998


lundi 23 avril 2012

TI CREDEVO MIO AMICO


Tu mio padrone
Tu che mi hai raccolto
Cucciolo tremante
Abbandonato
Con te ho diviso
Gioie e dolori
Ora che vecchio
Sono diventato
A tua volta vorresti
Abbandonarmi
Al mio destino
Pensaci padrone
Beneamato
Mai e poi mai
Ti ho disubbidito
L’ombra della tua
Ombra sono stato
E mai nella mia
Vita di cane ti ho
Tradito
Potresti dirlo tu
A chi ti ama ?
Eppure giudicarti
Non vorrei
Sarai vecchio anche tu
Se Dio vorrà
E credi che ti
Farebbe piacere
Se solo come un cane
Rimarrai… ?
Come puó chi diceva
Di volerti bene
Lasciarti in un bosco
Legato ad un tronco
Ed andarsene senza
Remore senza  pietà ?
Sei un umano mio
Padrone ?Io che sono
Solo il tuo cane
Mi vergogno per te
L’amore che abbiamo
Condiviso non conta
Non é mai contato
Per te…
Sono solo il tuo cane
Che senza rimorso
Hai abbandonato
Io sono una bestia
Ma tu, sei un’umano?????
..

Maria Concetta Bisogno   mai 1998

lundi 16 avril 2012

LE MIE RADICI


Contemplo questo cielo
Lo stesso di allora
Ammiro le montagne
Maestose..
Ai miei piedi
Scorre un limpido
Ruscello
Dei vecchi senza età
Parlano…
Mi gira la testa .
Come se fossi sopra
Una giostra
Bambini pieni di
Allegria
Giocano…
Il passato sempre presente
Mi esplode la testa
La campana  della
Chiesa come una madre
Che chiama i suoi figli
Mi rassicura
Sono di questo paese
E …D’altrove
Ho male
Eppure sono in pace
Le mie radici
Dimorano…


Maria Concetta Bisogno   agosto 2005

LA NUIT




Le soleil lentement
Eteint tous ses rayons
Doucement doucement
La nuit prend possession
D’une terre encore chaude
Du grand feu lumineux
La lanterne magique
Resplendit tout là haut
Et peu à peu les étoiles
Font coucou dans les cieux
Le pinson l’alouette  qui
Gazouillaient gaiement
Se taisent et courbent
La  tête le soir est
Imminent
De toute la terre monte
Aux astres une mélodie
Toutes les mamans du monde
Bercent le fils la fille
Un dernier noctambule traîne
Ses pas pesants
Tandis que les lumières
S’éteignent doucement
Le vieil hibou
S’apprête à roder dans la nuit
Il n’est pas seul
La lune va veiller avec lui.


Maria Concetta Bisogno  juin 1988